La saison du déménagement démarre, qui sont les Français concernés?

Portrait-robot de ces ménages qui changent de logements quand reviennent les hirondelles!

La saison du déménagement démarre, qui sont les Français concernés?

• Qui a déménagé en 2016?

Un peu plus d’un Français sur dix (12%) a changé de logement l’année dernière, selon le 7e baromètre Ifop/Les déménageurs bretons. Et plus des trois-quarts (77%) étaient âgés de moins de 35 ans. Dans les semaines qui viennent «la saison du déménagement» battra son plein, mai et juin sont en effet toujours des mois prisés pas les familles qui déménagent (avec la fin de l’année scolaire).

• Pour quelles raisons déménage-t-on?

Près d’un Français sur deux (46%) a déménagé en 2016 pour des raisons personnelles (suivre son conjoint, mariage, divorce...) et plus de quatre sur dix (42%, +10 points en un an) pour des raisons professionnelles. Le changement de travail est en effet la motivation principale des 2036 personnes sondés (17%) , une proportion en hausse de 6 points sur une année. Signe que l’économie va mieux.

• Et pour cette année?

Cette année, 15% des Français pensent déménager, à en croire le baromètre du spécialiste du... déménagement qui a commandé l’étude. Un chiffre stable par rapport à 2016. Avec la reprise des transactions immobilières et l’augmentation du nombre de ventes dans l’ancien au premier trimestre, il y a fort à parier que les déménageurs aient à installer dans les mois qui viennent beaucoup de nouveaux ménages.

Sans surprise, et cette année encore, ce sont les locataires qui envisagent le plus un déménagement (64%). Les habitants de la région parisienne sont 25% à vouloir emménager ailleurs.

• Dans quelle région déménage-t-on le plus?

La grande gagnante de la mobilité est Auvergne-Rhône-Alpes avec 18% de foyers ayant déménagé alors que la Bourgogne-Franche-Comté arrive bonne dernière avec la palme de la sédentarité (seulement 7% de mobilité en 2016)! L’an dernier les foyers les plus mobiles sont ceux qui vivaient dans les agglomérations de moins de 100.000 habitants, avec plus d’un déménagement sur deux (52%). Cette année, les habitants des grandes villes pourraient les devancer, puisque c’est dans les grandes métropoles que les ventes de biens immobiliers ont été les plus actives.

Source : "Le figaro"